La virilité, c’est pas du cinéma

Ce matin, à la boulangerie, une vieille dame m’a appelée Monsieur.
Après lui avoir adressé un uppercut franc et direct digne d’un vrai bonhomme, j’ai trouvé la situation de circonstance pour réfléchir à la question suivante : « Qu’est ce que signifie la virilité pour les filles d’aujourd’hui ? Sur quoi repose notre vision archétypale du masculin ? ».
Pour la plupart d’entre nous, les films sont les principaux responsables de nos représentations du mâle idéal. Au fur et à mesure des succès du box-office, le 7ème art a pétri notre imaginaire avec des images d’une masculinité rêvée.
Soyons clairs : ce faisant, l’industrie du cinéma a fait de gros dégâts.
Marquées par la force esthétique de certains modèles virils sur pellicule, beaucoup de femmes en sont venues à mépriser les hommes de chair et de sang, qui ne leur apparaissent plus que comme une contrefaçon discount d’un Adam parfait, déjà croisé au ciné.
Et c’est vrai qu’on peut se demander pourquoi l’homme réel ne réagit jamais comme son homologue en DVD.
Prenons à titre d’exemples quelques caractéristiques viriles, et leurs applications au cinéma et dans la vraie vie.

• L’homme idéal est riche
Modèle : Richard Gere dans Pretty Woman
Ce que nous promet le film : Il a beaucoup travaillé, dans l’unique but de pouvoir vous faire plaisir. Tous les soirs, il vous fait la démo intégrale du catalogue MasterCard (opéra, tournée à dos d’éléphant, toast à l’oeuf de lump, suite recouverte de pétales de rose…) sans lâcher votre main, à aucun moment.
Ce qu’il se passe dans la vraie vie : Parce que « l’argent, ça ne se gagne pas tout seul, tu crois quoi ? », votre prince vous néglige en vous laissant sa carte bleue sur la table de nuit. Vous compensez la tristesse de son absence sur l’avenue Montaigne, et découvrez l’amour auprès d’un chien de petit format.

• L’homme idéal pratique la danse de salon
Modèle : Patrick Swayze dans Dirty Dancing (John Travolta pour votre maman)
Ce que nous promet le film : En ondulant du pelvis, il vous fait tourner sur du tango, de la rumba ou du François Feldmann jusqu’au bout de la nuit. Il guide, vous n’avez qu’à suivre. Votre corps est un volcan.
Ce qu’il se passe dans la vraie vie : Sa passion ? Danser le Cha-cha-cha sur des patins à glace ou à roulettes, et prendre prétexte d’une accélération de rythme pour frotter son sexe contre votre jambe. Il participe à « La nuit des sosies de Philippe Candeloro ».

• L’homme idéal a un accent slave/des cicatrices, indices d’un passé trouble
Modèle : Viggo Mortensen dans les Promesses de L’Ombre et History of Violence
Ce que nous promet le film : Vous ne savez rien de son passé, mais ça ne devait pas être joli-joli. Peu importe, par amour pour vous, il a décidé de se repentir et de devenir un sage et tendre père de famille. Tout homme a droit à une seconde chance.
Ce qu’il se passe dans la vraie vie : Il est né en Pologne, et quand il était petit, il a fait une vilaine chute à vélo dont il garde quelques traces sur le front.

• L’homme idéal est un pilote
Modèle : Ryan Gosling dans Drive
Ce que nous promet le film : Il vous emmène à Deauville sur un coup de tête. Il conduit toute la nuit sa superbe voiture pendant que vous vous assoupissez sur le siège passager. S’il se laisse parfois tenter par une petite course-poursuite, il n’en reste pas moins gentleman : où que vous alliez, il descend d’abord pour vous ouvrir la porte.
Ce qu’il se passe dans la vraie vie : Passionné de voitures, il passe ses week-ends sur des circuits avec ses potes (s’il est riche), devant F1 2011 sur Xbox (s’il est pauvre), sur sa trottinette (s’il est déficient mental). S’il vous arrive de conduire à ses côtés, il vous insulte quand vous ratez votre créneau, ou sortez à la mauvaise sortie de rond-point.

• L’homme idéal n’est que tact et délicatesse
Modèle : Ruppert Everet dans Le Mariage de mon meilleur ami.
Ce que nous promet le film : il remarque votre nouvelle coiffure, votre nouvelle ombre à paupière, votre nouveau top. Il aime faire du shopping et regarder Glee avec vous. Il vous parle en vous regardant dans les yeux, et vous dit souvent que vous êtes la plus belle des femmes.
Ce qu’il se passe dans la vraie vie : Il est gay.

• L’homme idéal dit « Je t’aime » sous les intempéries
Modèle : Colin Firth dans Bridget Jones
Ce que nous promet le film : après avoir hésité, douté, reculé face à la perspective de bonheur immense que vous lui promettiez mais duquel il se sentait indigne (à cause d’une sombre histoire de traumatisme enfantin ayant entamé son estime de lui), il a décidé qu’il était prêt à vous aimer. Et il a décidé de vous le dire. A ce moment, qu’importe la tornade, la pluie, la neige, il va venir en bas de chez vous pour vous déclarer sa flamme.
Ce qu’il se passe dans la vraie vie : Un mec qui vous attend en bas de chez vous sous la neige a un nom : « un putain de stalker ». Et s’il n’a d’autres choix que de vous attendre dehors par -12°C pour vous dire « je t’aime », c’est que jamais -au grand jamais- vous ne devrez le laisser monter chez vous.

• L’homme idéal est musicien  
Modèle : Adrien Brody dans Le Pianiste
Ce que nous promet le film  : Dans un piano-bar (??), l’homme se met au piano, et alors qu’il ne vous avait rien dit, vous découvrez qu’il joue aussi bien que Michel Pettrucciani, mais version beau-gosse. Alors, il se met à chanter cette chanson d’amour sublime, qu’il a écrite en pensant à vous. L’assistance pleure devant tant de beauté.
Ce qu’il se passe dans la vraie vie : Votre mec s’entraîne longuement à jouer « Pepito Mi Corazon » au ukulele. Vos voisins sont venus se plaindre.

• L’homme idéal sait se battre  
Modèle : Nicolas Duvauchelle
Ce que nous promet le film : C’est un bad-boy, mais un bad-boy pour la cause. Il cassera la gueule à quiconque cherchera à vous faire du mal. De ses 6 ans d’entrainement dans un austère camp de boxe en Thaïlande, il est revenu avec la mission de vous protéger pour toujours.
Ce qu’il se passe dans la vraie vie : Sur son épaule, sous un tatouage de tigre, l’homme réel a fait inscrire des idéogrammes japonais témoignant de son admiration pour Steven Seagal (« un vrai sage. Un maître. ») C’est un nerveux provocateur qui cherche l’embrouille dans la queue des cinémas, pour finalement voler son seau de popcorn à un enfant vulnérable.

• L’homme idéal a de l’hormone
Modèle : Javier Bardem (partout, sauf chez les frères Cohen où l’hérésie capillaire l’emporte sur sa virilité)
Ce que nous promet le film : Cet homme est de la testostérone en barre. Epaules larges, nez cassé, léger embonpoint au niveau du ventre… et surtout, bonne dose de poils. Un poil qu’il apprivoise et tond avec application, ce qui révolte les imberbes qui, à l’inverse, se rasent désespérément le duvet pour qu’il devienne plus dru (peine perdue).
Ce qu’il se passe dans la vraie vie : C’est Zach Galifianakis (de Very Bad Trip) qui assure l’interim de Javier Bardem dans le monde réel. En le voyant déambuler dans votre salon, simplement vêtu d’une serviette de bain, et des miettes de cookie plein la barbe, vous le suppliez pour qu’il essaye l’épilation du dos.

• L’homme idéal parle peu mais toujours à bon escient
Modèle : Ryan Gosling dans Drive (encore)
Ce que nous promet le film : La plupart du temps, il vous écoute raconter votre vie, et ça ne le dérange pas que vos temps de parole respectifs soient répartis en 95/5. Lorsque c’est à son tour, il se contente de ponctuer la conversation avec des citations superbes. Cet homme conjugue parfaitement empathie et sens de la répartie.
Ce qu’il se passe dans la vraie vie : Le mutisme de votre mec vous inquiète. A part pour vous informer qu’il n’y a plus de PQ, il ne vous parle pas. Ni de son bonheur, ni de ses questionnements, ni de votre couple… En fait, vous commencez à vous demander s’il comprend vraiment la langue. Parfois, vous doutez même qu’il ait une âme.


• L’homme idéal est sauvage et un peu cochonne  

Modèle : Vincent Gallo
Ce que nous promet le film : Bien que taiseux, on sent dans le regard de braise du Gallo que son esprit et son slip sont en ébullition. Tourmenté, fiévreux et dévoré par l’ardeur sexuelle, il est du genre à vous mettre des doigts dans la bouche sans sommation.
Ce qu’il se passe dans la vraie vie : Francis Heaulme ? DSK ?

• L’homme idéal se sape comme un prince
Modèle : Georges Clooney
Ce que nous promet le film : Il peut porter un costume blanc sans avoir l’air d’un maquereau du Sentier. En le regardant, on pense à la chanson La Dolce Vita de Christophe « Et cette façon que tu avais de te serrer / Contre le revers de mon smoking blanc cassé / Je ne l’ai jamais retrouvée ». Alors, on rêve de mariage, chemise ouverte et pieds nus dans le sable.
Ce qu’il se passe dans la vraie vie : Si votre mec se décide finalement a aller faire du shopping, cela devra se passer sous haute surveillance. Sans gendarme du look, il serait capable d’aller chez Celio et revenir avec 7 paires de chaussettes Droopy.

La conclusion est claire : pourquoi rejoindre la triste et décevante réalité alors que le dvd, lui, ne nous décevra jamais? Truffaut l’avait dit, prenons en notre parti : « le cinéma est plus fort que la vie ».
Pour preuve, alors que chacun de nous vieillit, le petit bonhomme Mediavision reste éternellement jeune et ravi.
Et toujours joignable au 01 47 20 00 01.